Les histoires de réussites

1/2

  Les associations YEREYE & JANTOYERELA

Association des jeunes provenant de Toko, dans la commune rurale de Sebougo du cercle de Ségou : fermes de production de feuilles de moringa et de cultures maraîchères – représentés par Karim DIARRA et Adjaratou COULIBALY.

Dans le cadre du programme PROJES, vingt (20) jeunes, dont dix (10) femmes, de la région de Ségou ont bénéficié d’un appui sous forme de financement et de formation leur permettant de développer une production et la commercialisation de feuilles de moringa et de produits maraîchers.

En 2016, ces jeunes engagés et organisés, membres des associations « Yereyé » et « Jantoyerela » ont entamé leur production de moringa avec l’aide du Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAPF) de SwissContact. A travers le PAPF, ils ont ainsi acquis une parcelle de (2) deux hectares, obtenu une dotation d’intrants de production et des kits de matériels de travail. Un renforcement de leurs compétences techniques a été assuré par des formations.

En 2019, grâce à leur production importante de moringas, les fermes de Yereyé et Jantoyerela ont été sélectionnées pour bénéficier du Programme Jeunesse et Stabilisation (PROJES). Ce vaste programme multisectoriel a permis aux jeunes d’actualiser leur plan d’affaires et de se doter en bâtiments et matériels d’exploitation : hangar de séchage aménagé, magasin, système d’adduction d’eau, outillages (brouettes, arrosoirs, pelles, sécateurs) et matériels d’emballage. Les membres de leur comité de gestion ont également bénéficié d’une session de formation en gestion simplifiée.

En pleine croissance, les jeunes des fermes de « Yereyé » et « Jantoyerela » sont bien décidés à poursuivre leur expansion. Ils ont ciblé de nouveaux marchés tels que les populations des villages de la commune rurale de Sébougou et de la commune urbaine de Ségou. Ils diversifient leurs cultures et des partenariats sont en cours de développement avec notamment des producteurs de lait, des emboucheurs, des thérapeutes, la Chambre Régionale d’Agriculture et des ONG. Ils ont déjà planté une centaine de pieds d’arbres fruitiers (papayes, ananas, manguiers, avocatiers et citronniers) et sont en train de créer une unité d’embouche.

Bien qu’il existe encore certaines difficultés, notamment un manque d’équipements de transformation ou de matériels de conditionnement des produits transformés, ces jeunes motivés et déterminés forment sur leurs exploitations une dizaine de jeunes femmes et jeunes hommes, contribuant ainsi à leur insertion professionnelle.

Les différents appuis ont permis aux jeunes de Yereyé et Jantoyerela de diversifier leurs cultures. Grâce au système d’adduction d’eau ils ont augmenté la fréquence de leurs récoltes de feuilles de moringa, satisfaisant ainsi les commandes et augmentant leur marché. Les fermes sont aujourd’hui structurées, formalisées et ont obtenu leur autorisation d’exploitation et de commercialisation. Sur le plan financier, les bénéfices nets mensuels par personne ont augmenté de 19 000 FCFA (29 €).

1/4

Association « CESIRI »

Unité de fabrique de pain de Oulan – Oulan, Commune de Kolongo, représentée par Seydou OUEDRAOGO et Habibou SAWADOGO.
Dans le cadre du PROJES, treize (13) jeunes femmes âgées entre 18 et 40 ans bénéficient d’un appui sous la forme de fourniture en équipements, matériels et formations, leur permettant de produire et commercialiser un pain local. 
En 2016, ces jeunes femmes de l’association « Cesiri », du village de Oulan, commune de Boky-Wèrè, avaient en partie bénéficié du Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAPF) de SwissContact pour l’élaboration de leur plan d’affaires, la formation à la technologie du four en banco pour la production du pain et la dotation d’un tricycle pour sa commercialisation. Bien qu’enthousiastes et engagées dans ce domaine, les jeunes femmes de « Cesiri » ont dû retarder leur projet par manque de financement. 
Cependant, en 2019, les jeunes femmes de « Cesiri » reprennent leurs efforts et elles sont sélectionnées par le Programme Jeunesse et Stabilisation (PROJES). Le programme appuie « Cesiri » par une formation en gestion simplifiée à destination des membres de son comité de gestion, procure un espace de travail, et fournit un four métallique et les intrants pour la fabrication de pain et de gâteaux. 
En seulement quelques mois, l’association « Cesiri » augmente sa production, améliore ses bénéfices, et développe sa clientèle. 
Concernant la production, les jeunes femmes utilisaient auparavant le four en banco qui se traduit souvent par une forte consommation du bois de chauffe, un temps de cuisson long, la possibilité d’une seule production par jour, l’arrêt des activités pendant l’hivernage, et l’insalubrité et l’insécurité de l’espace de travail. Les jeunes femmes avaient donc des difficultés à satisfaire les commandes. Avec la dotation d’un four métallique et des intrants de fabrication, la fréquence des fournées est passée d’une (1) à deux (2), voire trois (3) par jour, et cela pendant toute l’année. 
En matière de marché, « Cesiri » a pu étendre sa clientèle aux foires hebdomadaires de Kolongo, Boky wèrè et de Bolibana grâce à sa production de gâteaux. Ses acheteurs se sont également multipliés et comprennent aujourd’hui les mairies, le Centre de Santé d’Oulan, l’Office du Niger, les services techniques, les ONG, les particuliers et les forains. Sur un plan financier, le bénéfice nets par mois et par personne a quasiment doublé et s’élève aujourd’hui à 46 390 FCFA (environ 71 €).

1/3

Association TIBE WALUKANU TUMO des jeunes de Dandoly

Groupement d’extraction et de taille de pierre – Dandoly, commune de Dandoly, cercle de Bandiagara représentés par le Président : Almamy Tembely et le Secrétaire : Souleymane Tembely.
L’association « Tibe walikanu tumo », « travailleurs de pierre » en Dogoso (langues des Dogons) regroupe vingt (20) jeunes extracteurs et tailleurs de pierre provenant de Dandoly dans le Cercle de Bandiagara. Ces jeunes ont sollicité et obtenu l’appui du Programme Jeunesse et Stabilisation (PROJES) pour les assister dans la formation et une dotation de matériels et équipements indispensables à la production de briques, pavés, moellons et bordures. 
L’appui a consisté dans un premier temps dans la formation de ces jeunes aux techniques d’extraction de pierres et à la gestion simplifiée, facilitant ainsi l’octroi d’une autorisation d’exploitation accordée par la Mairie. Puis, ils ont bénéficié d’une dotation de divers matériels : marteaux, barres à mines, florons (matériel pour percer), burins, gabarits, batteries (source d’énergie pour explosion), épincettes, poudre explosive, brouettes, lunettes, casques, gants et chaussures de protection. Ce sont autant de matériels qui leur ont permis de passer d’une production de sept (7) à vingt-trois (23) chargements de produits par mois. 
Cet accompagnement a eu un impact majeur pour les jeunes de « Tibe walukanu tumo ». En effet, ils peuvent aujourd’hui mieux répondre à la demande en termes de qualité et quantité, d’autant plus qu’ils sont en voie d’acquérir un compresseur, multipliant ainsi leur production par dix (10). Ils ont également aménagé ¼ d’hectare de cordon pierreux autour de la carrière principale. Sur le plan financier, leur bénéfice net par mois et par personne est passés de 3 500 FCFA (environ 6 €) à 23 312 FCFA (environ 36 €). Ces résultats notables contribuent à la réduction de l’exode rurale et favorisent l’exploitation de terres agricoles pour le village. Leurs partenaires sont par ailleurs fiables et nombreux : la Mairie de Dandoly, les particuliers du village de Dandoly et de la ville de Bandiagara, l’association de « Bandiagara en pierre », l’administration centrale de Bandiagara, les ONG, le Projet d’Appui aux Métiers de la Pierre et les entreprises BTP. 

1/3

      Association BADENYA de Niono

Restauration – Niono, représentée par Hawa TRAORE et Fatoumata Nana TRAORE.

À Niono, grâce à l’appui du PROJES, dix (10) jeunes femmes âgées de 18 à 40 ans transforment leur « gargote » de 15 m2 en un restaurant pouvant accueillir jusqu’à 25 personnes

Ces jeunes femmes avaient obtenu en 2016 et 2017 le soutien du Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAFP) de SwissContact pour améliorer leur formation en restauration et le financement de leur plan d’affaires. Au terme du PAFP, ces jeunes femmes se sont regroupées dans l’association « Badenya » avec le projet de transformer leur gargote en un restaurant.

En 2019, pendant la phase de démarrage du Programme Jeunesse et Stabilisation (PROJES), « Badenya » a pu bénéficier d’une actualisation de son plan d’affaires et d’une dotation en matériels et équipements pour son restaurant. Une formation en gestion simplifiée a également été assurée aux membres de son comité de gestion. En termes d’équipements et de matériels, « Badenya » a pu construire une terrasse avec un bâtiment en structure métallique, y ajouter sept (7) tables avec vingt-cinq (25) chaises, et s’équiper de matériels de préparation, de conservation et de distribution de repas.

Malgré quelques difficultés restantes, dues notamment à la crise sécuritaire, les jeunes femmes engagées de « Badenya » poursuivent l’amélioration de leur environnement de travail et des prestations de leur restaurant. L’emplacement du restaurant en bord de route dans la cité de Niono, ville économiquement importante, favorise le développement de nouvelles clientèles. Les partenariats mis en place au cours du temps facilitent l’accessibilité des matières premières à des prix abordables et contribuent ainsi à l’amélioration des prestations culinaires du restaurant « Badenya ».

Les efforts et la détermination de ces jeunes femmes ainsi que les appuis fournis ont facilité l’établissement formel d’un restaurant accueillant, proposant une diversité de plats. Aujourd’hui, le restaurant est ouvert toute la journée (6h00-00h30) et offre le petit-déjeuner, déjeuner et diner. La clientèle s’est agrandie et diversifiée avec notamment les employés de la mairie et du conseil de cercle, les services techniques et les ONG. Neuf (9) emplois permanents et quatre (4) non permanents ont pu également être créés. Sur le plan financier, le bénéfice net par mois et par personne a presque doublé et atteint aujourd’hui 66 958 FCFA (environ 102 €).

1/3

L’association DJIGUIFA des jeunes de Bambarawel

Unité de production de pain au four artisanal à Bambarawel, Commune rurale de Fakala, Cercle de Djenné représenté par Mama Dembelé et Amadou Bouaré, chef de village.
L’association « Djiguifa » composé de dix (10) jeunes dont sept (7) femmes du Cercle de Djenné ont bénéficié d’un accompagnement qui a pris la forme d’un financement, d’une formation et d’une dotation leur permettant de développer une production et commercialisation de pain artisanal. 
Après avoir suivi des cours d’alphabétisation dans le Centre d’Éducation pour le Développement, les jeunes de « Djiguifa » ont sollicité et reçu une formation dans la production de pain au four artisanal initiée par le Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAFP). Armée des compétences et techniques nécessaires dans la fabrication du pain, l’association « Djiguifa » a par la suite bénéficié dans le cadre du PROJES d’une dotation en intrants (farine, sucre, huile, sel, œufs), de l’acquisition d’un bâtiment, la fourniture d’un tricycle, appuis matériels complétés par une formation en gestion simplifiée. 
Avec l’aide de ces appuis, l’association « Djiguifa » s’est formalisée et a constituée un fonds de roulement, et a développé ses capacités techniques. Elle est à même de fabriquer toutes formes de baguette de pain dans le respect de normes d’hygiène strictes et selon les dosages appropriés à tel pain ou encore à tels gâteaux. Ces jeunes ont pu, par la suite, créer dix (10) nouveaux emplois permanents, notamment grâce à l’ouverture de plusieurs points de vente de café, de pain et de gâteaux dans les villages. En termes financiers, le bénéfice net par mois et par personne a également presque triplé, passant de 4 850 FCFA (environ 8 €) à 25 000 FCFA (39 €). 
Malgré les difficultés dues particulièrement à la dégradation de la situation sécuritaire engendrant le ralentissement des activités (faible dynamisme des foires locales et fuite d’une grande partie de la population), les jeunes de « Djiguifa » ne renoncent pas. Ils ont élargi leur marché, qui cible aujourd’hui des paysans, des éleveurs en séjour au village, quelques forains des foires de Bounguel, Somadougou, Soungalobougou et des saisonniers lors de la récolte de riz. Leurs partenaires nombreux et fiables comprennent le Conseil du village de Bambarawel, la Mairie de la commune rurale de Fakala, l’arrondissement de Sofara, les ONG et les particuliers. Leur engagement et détermination se sont traduits par le soutien des autorités villageoises et communales : ils se sont vu octroyer un espace pour la construction de leur infrastructure et bénéficient de la bonne disposition de la mairie à garantir la propriété du groupement.

1/3

Société coopérative SODJOUGO de Segue

Groupement d’extraction et de taille de pierre – Ségué,  Cercle de Bankass représentés par Président : Pascal Somboro et le Secrétaire : Michel Somboro.
S’appuyant sur l’accompagnement offert par SwissContact, trente (30) jeunes extracteurs et tailleurs de pierre du cercle de Bankass constituent la coopérative « Sodjougo » dans une paroisse catholique de la Commune de Ségué. Ils sollicitent et obtiennent ensuite l’appui du Programme Jeunesse et Stabilisation (PROJES) pour les aider dans la fabrication et commercialisation de briques, pavés, moellons et bordures. 
Ces jeunes ont dans un premier temps bénéficié d’une formation sur les techniques d’extraction de pierre ainsi que d’une formation en gestion simplifiée sur et avec les outils de gestion appropriés. La coopérative s’est ensuite approvisionnée en matériaux et équipements essentiels à la production des matériaux tels que marteaux, barres-à-mines, burins, gabarits, florons (matériel pour percer), batterie (source d’énergie pour explosion), épincettes, poudre explosive, brouettes, lunettes, casques, gants et chaussures de protection. 
Les appuis apportés à « Sodjougo » se sont traduits, dans un premier temps, par une autorisation d’exploitation octroyée par la mairie et une augmentation des terres agricoles pour le village. La coopérative a pu également répondre à la demande avec des matériaux de qualité, triplant ainsi leur production de 10 chargements par mois à 30 chargements de produits finis par mois. Sur un plan financier, le bénéfice net par mois et par personne est passé de 4 445 FCFA (environ 7 €) à 15 416 FCFA (environ 24 €). Leurs partenaires se sont aussi diversifiés, comprenant aujourd’hui la mairie de Ségué, la mission catholique de Ségué, les particuliers du village de Ségué et de ses environs, les entrepreneurs opérationnels de la commune et de ses environs et les particuliers.

©2020 by www.projesmali.com / Site financièrement soutenu par l'Union européenne

L'Union européenne se désengage de toute responsabilité concernant le contenu de ce site internet

 

Conception Graphique : ©Sandra Derichs / Photographies: ©Marion Bargès / ©vkowalski